L'établissement de nos racines

Vers le milieu du 19e siècle, il y a, à Montréal, plus d'immigrés italiens que dans n'importe quelle autre ville au Canada. La population italienne est suffisamment importante pour que les fonctionnaires du Royaume de Sardaigne décident d'ouvrir un consulat général en 1861.


Une brève histoire de la Casa d'Italia

history-1-donofrio À la fin du 19e siècle, Montréal comptait la plus importante communauté italienne au Canada. Durant les premières décennies du 20e siècle, il y a une augmentation de la demande de travail non qualifié et de travail saisonnier dans la construction de chemin de fer ou dans l'extraction des ressources naturelles. En 1910, Montréal entre dans une grande phase d'expansion, avec le pavage des rues, la construction de canaux et de tunnels, l'ajout d'égoûts et de lignes de tramway et la construction de bâtiments. Cet appel est entendu par 58 104 Italiens qui arrivent au Canada, et nombreux d'entre eux s'établissent à Montréal.

history-2-sottoscrizione Des milliers de travailleurs italiens, qui s'installent d'abord au centre-ville de Montréal, commencent lentement à se déplacer vers le nord du quartier Mile End, considéré à l'époque comme étant en banlieue de Montréal; là, ils jouissent de la vie, du bon air et des parcelles de terrain où ils plantent leurs potagers. Cette zone abrite maintenant la Petite Italie.

Réaliser un rêve

history-3-balbo Dans les années 30, en réponse à l'afflux d'immigrés italiens, les dirigeants communautaires commencent à recueillir des fonds pour construire un bâtiment où les Italiens pourraient se rassembler et se sentir chez eux. Le Consul général Giuseppe Brigidi, en collaboration avec A. Sebastiani, C. Catelli, S. Biffi, M. Paparelli et E. Pasquale, font la promotion du projet et encouragent les membres de la communauté italienne de soutenir financièrement le rêve de leur Casa d'Italia.

history-4-early-community En 1934, alors que le maire Camillien Houde est en fonction, la Ville de Montréal fait don à la communauté italienne d'une parcelle de terrain située à l'angle des rues Berri et Jean-Talon. C'est le terrain sur lequel la Casa d'Italia a été érigé en 1936. Plus de 4 200 personnes et organisations italiennes locales contribuent au Fonds de construction.

1er novembre 1936 : L'inauguration d'une institution culturelle

history-5-rome Le projet est confié à l'architecte Patsy (Pasquale) Colangelo (1907-1984) et le 1er novembre 1936, la Casa d'Italia ouvre ses portes à l'historique rendez-vous entre les Italiens et leurs amis canadiens-français. La Casa d'Italia, un élégant bâtiment Art Déco, embellit le quartier et devient le cœur et l'âme de la vie de la communauté italienne.

1940 - 1945 : la honte nationale

history-6-suitstop Tout s'arrête lorsque Benito Mussolini déclare la guerre à la Grande-Bretagne et aux puissances alliées. Par l'autorité de la Loi sur les mesures de guerre, le 10 juin 1940, l'État saisit tous les documents à la Casa d'Italia et ordonne que le bâtiment soit fermé et saisit. Entre 1940 et 1946, la Casa d'Italia est occupée par l'armée canadienne et est gravement endommagée.

Le gouvernement fait arrêter et interner, dans des camps militaires, plus de 200 ressortissants Italiens de Montréal et les étiquette comme « étrangers ennemis ». D'autres membres de la communauté sont victimes de préjugés largement répandus, beaucoup d'entre eux perdent leur emploi ou voient leurs commerces vandalisés.

1946 - 1947 : la guérison après-guerre et la réouverture de la Casa d'Italia

history-7-suitsbottom Après la guerre, dans le cadre du processus de guérison, la communauté italienne demande la restitution de la Casa d'Italia. En 1946, le maire Camillien Houde présente le projet de loi privé n° 174 à l'Assemblée législative du Québec et le 1er janvier 1947, la Casa d'Italia est restituée à la communauté. Une fois de plus, les Italiens de Montréal s'affairent fièrement à revitaliser la Casa d'Italia.

1950 et 1960 : Au service des immigrants italiens

history-8-capozzi Une fois la désignation d' « étranger ennemi » officiellement retirée, le Canada devient une destination attrayante et les vannes de l'immigration italienne sont rouvertes en 1949. Le grand nombre d'immigrants italiens du sud qui s'installent dans le village de Villeray et de la zone du marché Jean-Talon crée de nouveaux défis pour la Casa d'Italia. Celle-ci maintient un rôle important au sein de la communauté en hébergeant des activités sociales comme les mariages, les rencontres professionnelles et culturelles, tout en aidant les nouveaux arrivants à s'intégrer et à trouver du travail.

Les 20 années qui suivent sont marquées par une croissance organisationnelle de la communauté, et des nouvelles et importantes organisations prennent racine à la Casa d'Italia.

Le saviez-vous?

history-10-trudeau La Casa d'Italia a eu 20 présidents. Les deux qui ont été en charge le plus longtemps sont Sam Capozzi (1979-1992) et Gaby Mancini (1997-2010).

1979 - 1999 : bataille de Sam Capozzi et vingt ans de croissance de la communauté

Soixante-dix ans après son ouverture, en 2006, la Fondation Casa d'Italia et les collectivités canadiennes-italiennes ont lancé une campagne de financement commune pour le projet de rénovation et d'agrandissement de la Casa d'Italia. En 2011, la Casa d'Italia ouvre ses portes après 16 mois de travaux et célèbre son 75e anniversaire dans le bâtiment nouvellement rénové et agrandi.

Redéfinir Casa d'Italia : le berceau de notre conscience culturelle collective

history-12-levesque Depuis sa rénovation, la Casa d'Italia a reçu le prix de l'OPAM (Opération Patrimoine architectural de Montréal) pour l'intégration architecturale, et a été enregistrée comme monument architectural de Montréal par la Coalition internationale des Sociétés Art déco.

La préservation permanente du patrimoine italo-canadienne rend hommage à notre passé et pose les fondations pour notre avenir.


history-13-cars-sepia